Nos peintres & sculpteurs


Florence AMBLARD

amblard-florence.com - Facebook - Instagram

Trente ans de voyages et de découvertes, servis par une sensibilité toujours en alerte, ont développé chez Florence cette attention aigüe à une nature diverse qui imprègne si fortement ses toiles. Quoi de commun entre la forêt guyanaise, les déserts américains, la Californie, Tahiti, l’Italie et l’atelier en Sologne, si ce n’est une nature inspirante, enveloppante, devenue source féconde de sa création.

Après avoir exploré la peinture abstraite, la gravure, et le dessin, c’est une nouvelle harmonie sensible qu’explore ses dernières créations picturales.

Subtile fusion : l’éclat des couleurs évoque, sans paradoxe, tout simplement, le bruit des feuilles que le vent caresse. On s’engage dans une allée qui conduit aux images bariolées de notre imagination. Le jardin de Florence est là, sous nos yeux, à la fois sauvage, floral et délicatement agencé. Sentiment de bien-être…


Née dans le département des Deux-Sèvres, mes origines sont normandes de par mon grand-père, natif de Barfleur dans le Nord de la France et espagnoles de par les ancêtres de ma grand-mère. Je réside actuellement dans le Loir-et-Cher.

Je passe la majorité de mon enfance à dessiner m’inspirant fortement des ouvrages de Léonard de Vinci que je trouve fascinants. Puis, c’est à l'âge de 12 ans, bouleversée par la découverte de la place du Tertre à Paris et de tous ses artistes, qu'une véritable passion pour le crayon commence. Très jeune, je voulais devenir illustratrice de livres pour enfants ou apprendre le métier du dessin animé. Également très attirée par la bande dessinée j’ai rencontré plusieurs dessinateurs au festival International de la BD d’Angoulême. J’ai aussi essayé la sculpture, le modelage, la peinture à l’huile et l’aquarelle. Malheureusement, trop indécise et trop jeune, je n'ai pas souhaité m'orienter vers des études d'art.

Pendant quelques années, j’ai cru que cette passion du dessin resterait derrière moi et j’ai un peu mis de côté mes crayons pour me consacrer à ma vie personnelle et professionnelle. Cependant, le manque artistique s’est fortement fait ressentir ces dernières années et j’ai décidé, à force de formations et d'apprentissage, de conjuguer ma vie professionnelle avec ma vie artistique, je suis aujourd’hui graphiste, responsable de projet événementiel et dessinatrice.

L'envie et la curiosité sont deux traits de caractère très représentatifs de ma personnalité. J'ai donc essayé plusieurs techniques, appris, et déchiré beaucoup de feuilles avant de m'orienter sérieusement vers ce bâtonnet aux couleurs pigmentées qu'est le pastel.

Aujourd’hui, dessiner le corps humain me passionne et raconter des histoires à travers mes crayons est une pure merveille.


Peintre abstrait-lyrique né en 1963, autodidacte à 100%,Bruno Bianchi est un artiste expérimenté basé en France dont les peintures ont été exposées à l'échelle nationale. À travers ses abstractions lyriques distinctives et de lyrisme éthéré, il explore les concepts de l'action du temps sur la matière ainsi que la mobilité au sein de la fixité. Les triptyques saisissants de Bianchi sont le plus souvent créés avec de l'acrylique, des encres, des pigments et d'autres matériaux sur toile telles que les oxydes, les mousses et les moisissures.

La peinture devient l’art du plein, l’assemblage celui du vide.

Source : Singulart


Michel BODIN

 

 

Michel, peintre autodidacte, débute le pastel en 2012 avec Patrice BOURDIN, pastelliste. Depuis cette technique est devenu son medium favori. La finesse et la richesse des couleurs permettent de faire parler la matière et de trouver l’équilibre pour se rapprocher du réalisme à travers plusieurs thèmes.

Ce qui m'anime dans le pastel c'est le désir de représenter ce qui est beau. Passionné par cette technique, je peint des portraits, des paysages et des animaux. Fasciné par le rendu velouté, la souplesse et la douceur du pastel, je me consacre exclusivement à cette technique.

 


Pierre BOIVIN

 

 

Pierre Boivin est originaire de Château-Gontier dans la Mayenne et, très tôt, l’art devient sa raison de vivre et il va peindre. « C’est à la suite d’un entretien en 1993 avec la peintre Lucek qui devait partir pour Tokyo où elle exposait la semaine suivante que le déclic est venu, dit-il, elle m’avait encouragé à aller plus loin dans ma peinture avant de décéder une semaine après. » Cet événement a poussé Pierre Boivin à continuer. Quelques mois plus tard, en 1994, Pierre Boivin exposait à Montmartre, lieu emblématique des artistes parisiens. Autodidacte, Pierre Boivin se laisse envahir par les paysages, les objets qui l’entourent. Le public le découvre dans de nombreuses expositions. En 1995, il rencontre les Compagnons de la Butte Montmartre et obtient de nombreuses récompenses et prix. Il devient Compagnon de Montmartre. Découvrant la Sologne, il expose dans de nombreuses villes de la région avant de s’installer définitivement à Romorantin.

Source : Nouvelle République

 


Né à Fougères, en Bretagne,Patrice se passionne depuis une trentaine d’années pour le pastel. Cette technique va devenir pour lui un art majeur. Patrice vit et travaille aujourd’hui à Gourdon dans le Lot. Sa formation de paysagiste le conduit à présenter en toute simplicité la sincérité d’une émotion vraie devant la nature qui l’entoure. Le pastel est le médium qui lui procure le plus de satisfaction. Il est inspiré par les paysages, les rivières, les vieilles pierres et la mer. Difficile pour lui de résister à la séduction exercée par le velouté mat d’un tel rendu, à la vivacité des teintes relayées par l’extrême finesse de cette poudre : le pastel. En dehors du travail dans son atelier, il transmet sa technique à travers des stages. Depuis 2011, Patrice a pris la présidence du «Salon International du Pastel en Bretagne». Il est aussi collaborateur des revues : «Pratique des Arts» et «Plaisir de Peindre».


Arnaud CHALIVOY

Facebook - Instagram

Arnaud Chalivoy, peintre autodidacte, est passionné depuis son enfance par les châteaux forts, l’histoire et l’architecture mais aussi par le dessin.

Ses toiles représentent ainsi des châteaux, des ruines ou encore des bâtiments à l’architecture particulière, tous présents en Sologne ou dans le Berry. La technique d’Arnaud Chalivoy consiste à se rendre sur les lieux présentant des caractéristiques architecturales particulières pour en faire une photo et la reproduire à l’aquarelle sur la toile qu'il pratique depuis 2018. « J’aime la douceur de l’aquarelle, du rendu au regard, confie l’artiste. Les tons pastel et les couleurs douces mettent en valeur mes peintures. Les édifices historiques se prêtent bien à cette technique car les couleurs de briques, des ardoises ou des murs sont douces et claires. »

Sources : Berry Républicain et Nouvelle République


Christian CIRE

Les Mystères de nos étangs

Artiste peintre né à Paris, installé en Sologne depuis 2020, précédemment à Toulouse, Pau et Bayonne.
Diplômé en 1966 de l'école des Beaux-Arts de Toulouse section Design, j’ai pratiqué le métier d'architecte d'intérieur en agence jusqu'en 1971.
Professeur de Design/Volume de 1971 à 2007 à l'école des Beaux-Arts de Pau. En plus de mon métier d'enseignant, j’ai pratiqué l'illustration d'architecture en collaboration avec des architectes et promoteurs immobiliers.
Mon parcours d'artiste a commencé dans les années 75-80, période où mon regard pictural était orienté vers des ambiances surréalistes réalisées à l'encre. Progressivement la peinture à l'huile est venue renforcer mon évolution. Des expositions suivirent : en 1979 au complexe de la République de Pau puis à Paris au Foyer International d'Accueil en 1980 et au Musée des Beaux-Arts de Pau en 1985 (exposition de groupe).
De mes nombreux voyages parcourus: Bolivie, Equateur, Turquie, Maroc, Népal .. l'envie m'est venue d’explorer l'image animée et ainsi d'expérimenter l'art vidéo. J’ai ainsi réalisé deux vidéos: "LES PAS DE VIE VERS L'AU-DELA" et "ICI ET MAINTENANT" respectivement présentées lors des manifestations annuelles "Enfin le Printemps" à la Maison pour Tous de Jurançon en 2013 et 2014.
Depuis 2014 parcourant les côtes du Pays Basque et des Landes je réalise une série de toiles à l'acrylique sur le thème "LUMIERES OCEANES" : ces compositions tirent parti de l'espace infini de l'Océan structuré de ses lignes naturelles, toujours inondé de lumières transperçant les variations colorées. Dernièrement, expo à la galerie des Corsaires à Bayonne ainsi qu'à la galerie de l'ARTSENAL sur le thème: de l'Amazonie à Euskadi.

Nouvellement installé en Sologne depuis 2020, j'ai découvert d'autres paysages, et mon regard s'est dirigé vers les nombreux lacs de Sologne. Comme pour les "Lumières océanes" de l'atlantique l'envie m'est venu de continuer mon thème favori sur ces étendues d'eau qui me fascinent de par leurs espaces et leurs mystères.Ainsi ma peinture exprime cette nature si énigmatique.

Nos étangs de Sologne reflètent mon émerveillement devant le mystère quasi onirique de ce monde lacustre.On peut y contempler diverses ambiances, figées ou scintillantes, ombres et lumières, nuit et jour brumes et reflets, bruits suspects qui nous interpellent. Les sorcières et les farfadets ainsi que le brame du Seigneur de la forêt pourraient à tout instant nous surprendre... Ainsi sur mes toiles je transmets mes émotions.


Mon parcours artistique résulte d'une réflexion personnelle, d'une introspection et d'une communication avec la matière. Mes œuvres, tel un voyage, abordent les cycles, les passages de la vie; de la naissance, de l’innocence à la quête d'équilibre, d'harmonie, de douceur et de pureté, à l’envie de rêver, de s'émerveiller. En sculpture, les formes épurées révèlent la force et la complémentarité des matières. A la fois sensuelles, organiques et animales, futuristes et architecturales, elles font le lien entre le primitif et le contemporain ; modernes et intemporelles à la fois.
Ma peinture aborde principalement le thème de la maison comme représentation symbolique de notre intérieur, du cocon, lieu de repli et de réconfort mais aussi de transformation. Elle aspire à des formes organiques, douces et rondes par une recherche de volume, de matière, de tonalités en résonance, de transparence, d'ombres et de lumières, de vides et de pleins. Telles des nuages, les formes se retrouvent parfois suspendues, en apesanteur, légères et aériennes, entre ciel et terre, parfois mobiles. Elles invitent ou voyage à travers un univers onirique. Ma  recherche de pureté est la volonté de révéler l’essentiel, l’universel, de transmettre un message de poésie, d’apporter de la douceur et du rêve.


Evelyne CLAVREUL

 

De mes nombreux voyages, Inde, Chine, Thaïlande lndonésie, Mexique ... ) j'ai toujours été fascinée par ces différentes populations, leur façon de vivre, leurs visages et leurs regards si expressifs. J'ai aimé retranscrire sur la toile mon ressenti à cet égard. Je me retrouve ainsi parmi eux, hommes, femmes et enfants lorsque je suis face à face avec ma toile et mes pinceaux et ce n'est que du bonheur de les retrouver.

J’ai toujours évolué dans le milieu artistique et créatif, de mes études d’arts aux « Arts Appliqués Auguste Renoir « à Paris, et en même temps à différents ateliers artistiques : nus académiques, sculpture et céramique. Ma carrière professionnelle comme Directrice Artistique en agence de publicité a mis en évidence mon goût pour la création pour des campagnes publicitaires aussi variées telles que : la beauté, l’édition, la finance ainsi que pour bien d’autres sujets. Une vie parisienne intense prend fin au moment de ma retraite, destination la Sologne où je peux enfin donner avec plaisir la mesure de mes qualités de peintre (huiles sur toiles, sanguines ...).


Philippe FAUTREZ

Philippe enchante par ses formes, ses volumes, ses vides. Il trouve son inspiration en visualisant un morceau de bois, de métal ou un vieil outil récupéré qu’il sauve de l’oubli. Il essaye de faire passer un message par Les expressions et les attitudes de ses personnages. Son principal but est surtout d’apporter le rêve et l’évasion de l’esprit, chacun peut retrouver dans ses œuvres un passage heureux ou important de sa vie ! Pour lui, l’art traduit le vertige de l’artiste qui n’a que pour seul objectif d’atteindre l’imaginaire.


Annick FRAPIER - Jeux d'ombres et de lumières -

Autodidacte, mes premières peintures datent de 2016. Mon style ? Je n'en ai pas....

Attirée par la lumière et les couleurs, je choisis mes sujets dans la nature, les photos, les objets. Peindre, pour moi, c'est faire le vide dans ma tête, me concentrer sur mon tableau....ces moments de liberté d'esprit me procurent un plaisir intense.


Elisabeth HEIM

fleurs-delisa.com - Facebook - Instagram

Depuis quarante ans, Elisabeth Heim se passionne pour les fleurs et les transforme pour leur donner une seconde vie. Autodidacte, elle a mis au point une technique de séchage sous presse qui permet aux pétales de fleurs de conserver souplesse, résistance et couleur. Elisabeth utilise la fleur comme un matériau, en jouant avec la couleur, la forme et la texture. Elle exploite une grande palette de couleurs qu'elle trouve dans les richesses de la flore sauvage et cultivée. La forme et le graphisme des fleurs interviennent pour donner du rythme dans ses compositions. Une fois séchée, la texture de la fleur apparaît différente et permet de jouer avec la transparence et la superposition. Dans ses collages, elle s'inspire des peintres du Bauhaus tel que Klimt et Klee et prend plaisir à reproduire leurs œuvres avec son matériau de prédilection, les fleurs.
Toutes les fleurs qui entrent dans la composition de ses tableaux proviennent de son jardin du val de Loire. chaque année, près de 60000 fleurs sont ainsi récoltées au fil des saisons ! Séchées sous presse, les fleurs sont ensuite collées sur différents supports.
Elle partage son activité entre le jardinage, la cueillette, la mise sous presse et la création dans son atelier . Cette passion lui a permis de participer à de nombreux salons de métiers d'art en France et à l'étranger (Grenoble, Nîmes, Toulouse, Quilt Expo à Lyon, Strasbourg, Innsbruck, Barcelone et La Haye, Création et Savoir Faire à Paris). Primée à une exposition internationale au japon en 1999, elle a tourné une vidéo à Tokyo pour expliquer sa technique.
Elle publie un livre en 2006 : « créations en Fleurs pressées », ouvrage consacré à la technique de séchage et de collage et leurs applications dans la réalisation d'objets décoratifs pour la maison. (Édition l'Inédite). En 2020 elle fait imprimer sur du velours des motifs réalises d'après ses collages de fleurs et propose des sacs et des pochettes réalisés dans ces tissus. Elle se consacre également à transmettre son savoir faire en proposant des stages pour faire découvrir l'Art de la fleur pressée.

 


Nino HESAMI

Facebook

Fin 2021, Nino (de son vrai nom Zeinab Hesami) arrive en France. Pendant son séjour au centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Romorantin, elle fait la connaissance de Nathalie Cirino, artiste Romorantinaise, qui l’introduit dans le milieu de l’art Loir-et-Chérien.
Elle est invitée à poser ses pinceaux dans l’atelier du domaine du Glandier à Villeherviers, géré par Francine Coullet. C’est ici qu’elle puise son inspiration pour réinventer son art, loin des conflits. Pendant que Nino se confie, le chant des oiseaux se mêle à sa voix fluette. La porte de son atelier est ouverte sur l’extérieur, ce que ne manque pas de faire remarquer l’artiste. « Les deux premiers mois, je ne pouvais pas travailler la porte ouverte, car dans mon pays, tout est fermé. On doit être prudent. Francine m’a dit de la laisser ouverte, qu’il n’y avait aucun risque. Je ne comprenais pas pourquoi. Puis, j’ai entendu les oiseaux. Maintenant, je sens la vie, ici. »

À son départ d’Iran pour la France, Nino  n’a emporté que quelques peintures, réalisées sur de fines mais robustes toiles. Sur celles-ci, le noir est omniprésent. Les corps sont dissimulés sous d’amples vêtements. Les visages livides. Les yeux fermés voire obstrués. Quand l’artiste de 36 ans montre ses récentes œuvres, peintes depuis son arrivée à Villeherviers, en Loir-et-Cher, le contraste est flagrant. La lumière pénètre dans les œuvres. Les lèvres des protagonistes sont revenues, mais pas les sourires. Les yeux, fuyant le regard du spectateur, restent éteints. En bas de certaines peintures, des inscriptions kurdes. « Femmes », « Vie » et « Liberté », en français.

Source : Nouvelle République


Pendant de nombreuses années, j’ai peint d’une façon hyper réaliste, ne laissant aucune place à l’imaginaire. Aujourd’hui, je me délivre d’une réalité en créant un autre univers au-delà parfois du réel. Pour moi, la ressemblance avec le sujet n’existe pas. Il devient un prétexte pour s' évader, afin d’exprimer ses propres émotions. Je suis une illusionniste, je ne peins pas la lumière mais plutôt l’interprétation de la lumière. Je suis en interaction constante avec mon tableau, où la primauté de tendre vers un pseudo abstrait, une expression plus fantaisiste , s'immisce de jour en jour dans mon travail artistique.

Mes médiums de prédilection sont le Pastel et la Peinture à l'huile aux couteaux. J'ai été plusieurs fois récompensée et cela m'a permis d'être sollicitée comme invitée d'honneur dans de beaux salons.

Lorsque je ne suis pas dans un élan créatif, j'anime tout au long de l'année, des ateliers de peinture sur les communes de St Hilaire St Mesmin, Olivet, Saran et la région parisienne.


Miguel LEBRON - Les Chants de la Terre -

Facebook

Basé sur ta technique de la boussole, mon travail consiste à capter et à matérialiser le champ magnétique terrestre. Chaque œuvre est unique, elle est la représentation abstraite d'un lieu et d'un instant. Dépassant les limites de la peinture traditionnelle, l'image peinte du paysage est remplacée par le paysage en tant que tel, représenté par son empreinte magnétique sur la toile. Énergie naturelle et inspiration humaine aboutissent à un résultat plastique, renouant ainsi le contact de l'Homme avec la Terre, en s'exprimant au travers des 5 éléments primordiaux. Capter l'énergie magnétique de ta terre, la transfigurer dans une œuvre abstraite, entre réalité et virtualité, rendre visible l'invisible.


Valérie LUGON - Redonner vie -

 Instagram

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé les matières qui se dégradent. Je pense que tout a commencé lorsque, petite fille, assise à l'arrière de la voiture familiale, je traversais la France afin d'atteindre notre lieu de vacances. Le nez collé sur la vitre et les yeux écarquillés, j'admirais les anciennes publicités peintes sur les murs et les panneaux d'affichage défraichis qui défilaient devant moi.
Vint ensuite la découverte des tableaux de Robert Rauschenberg, des affiches de Jacques de Villeglié et des sculptures de Richard Sena.
Ces multiples influences ont nourri mon travail et m'ont donné envie d'expérimenter le transfert d'image, le collage et la création de rouille sur papier, toile ou acier. Ces techniques me permettent de laisser une place au hasard car j'aime l'idée de ne pas totalement maîtriser un tableau.
Les œuvres présentées « Au Printemps de la Photo et des Arts » proposent de redonner vie à une matière inerte qu'est l’acier en le faisant rouiller de différentes manières. Une fois la rouille installée, j'interviens avec des pastels, des encres ou de la peinture et créée des impressions d'écorces ou de végétaux.


Jean-François MAUBERT

Invité d'honneur sculpture en savoir +


Maria-Pia ORSEL - Nature et plumes -

Mes sources d'inspiration sont multiples : fleurs, gibiers, légumes, paysages mer et montagne, portraits, architecture...

L'aquarelle est mon mode d'expression favori, mais j'utilise également l'huile, l'encre, le pastel, l'acrylique. J'ai fait de nombreux stages pour parfaire ma formation : Vanoise, Ardèche, Dordogne.

 

Beaucoup de voyages pour découvrir le Bassin Méditerranéen, la Chine, le Vietnam, la Thaïlande, le Kenya, le Sahara, le Sénégal, l'Egypte… avec souvent un carnet de voyage illustré pour conserver l'ambiance de ces voyages.

 

 


Pierre MORALI - Les technologies du XXIe siècle au service des Arts -

 

 

Je me suis spécialisé dans l’utilisation des techniques 3D, pour créer ou de recréer des œuvres. Mes productions sont réalisées à partir de différents matériaux, photos, dessins, originaux et de mon imagination. À partir de là, la technologie de dessin 3D me permet de dessiner et de composer mes idées.
Cette phase est suivie par la fabrication additive, qui peut-être laissée telle quelle, ou déclinée en plâtre, en terre ou bronze. Ensuite, la patine est réalisée pour le rendu final de l’œuvre.


Nicolas PLANSON - Beautés Sauvages VS Anthropocène -

nicolasplanson.com - Facebook - Instagram

Fervent admirateur et défenseur de la faune sauvage, le monde animal me captive depuis toujours. J'ai toujours aimé peindre et dépeindre la beauté des animaux à l'état pur, tenter de traduire avec force détails leurs instincts, leur présence, leur regard tantôt enveloppant, tantôt effrayant, toujours puissant.

Ce sont d'abord les grands fauves qui m'ont inspiré. Fasciné par leur invulnérabilité légendaire, j'ai longtemps aimé traduire sur la toile toute cette symbolique de puissance, de courage mêlé de férocité, en révélant l'intensité de leur regard, et en louant de la lumière pour magnifier leur aura naturelle, à l'instar des luministes de la « Hudson River School »...
Depuis ces dernières années, ma prise de conscience de notre dette écologique m'amène à un engagement plus militant, avec cet espoir de changer le regard sur cette richesse insoupçonnée et susciter l'émotion pour que la protection du monde animal ne soit pas que de vains mots I
Je vous présente donc ma collection de portraits d'antilopes, oryx, grands koudous, springboks ou bongos des montagnes. Grands et sublimes mammifères souvent oubliés... Mettre en scène leurs portraits, jouer de nuances en clair-obscur pour suggérer mystère et intimité, accentuer
les dynamiques de fondus d'ombres pour révéler la menace qui plane sur eux, les draper d'effets de volutes pour traduire l'évanescence de chaque sujet face aux tempêtes et tumultes de la vie, mettre en exergue leur magnificence autant que leurs extrêmes fragilités, seront, je l'espère, des armes infaillibles pour dénoncer les terribles répercussions de l'anthropocène !


Nati POULIN

« Nati », diminutif de « natividad » fait penser à ses origines de la région de Salamanca en Espagne. De son pays, elle a gardé toute la spiritualité, tout le raffinement qui se retrouvent dans la trentaine de toiles joliment présentées. Le tout est rehaussé d'une belle élégance, de passion, de force, et de détermination que l'on note dans chacune de ses huiles peintes au couteau. On sent bien une grande maîtrise du dessin, de la composition quasi parfaite et de la lumière qui est présente partout à plusieurs niveaux donnant du mouvement et une permanente harmonie. L'artiste est ouverte à tous les sujets d'inspiration : paysages, marines, fleurs et ses voyages qui lui fournissent une moisson d'horizons et de techniques sans cesse renouvelés. Nati Poulin juxtapose des tonalités de gris d'une gamme infinie avec des femmes d'une rare élégance aux couleurs éclatantes. Le résultat est remarquable dans un style contemporain figuratif du meilleur goût.

Source : Nouvelle République


Myriam ROBIN

Facebook

Je suis artiste professionnelle pastelliste animalière, technique que j'ai découverte il y a une vingtaine d'année. C'est en prenant des cours d'arts plastiques que le pastel est devenu une évidence ; et à force de persévérance, l'élève est devenue le maître, puisque j'ai aussi animé des cours dans cette technique. Mais les aléas de la vie m'ont éloigné un peu de cette passion par intermittence durant quelques années.
Mon objectif est de donner vie aux animaux sur ma feuille. Ils me fascinent car ils sont authentiques, Je cherche avant tout à transmettre une émotion à travers leur regard, j'avoue avoir une petite préférence pour les chats.
J'ai eu l'honneur de participer à deux reprises au Salon international du pastel à Fougères (Bretagne), et encore cette année en août prochain. J'ai très souvent été sollicitée pour des démos dans la revue' Plaisir de Peindre". J'ai aussi participé à d'autres salons entre autre celui du Printemps de la photographie et des Arts auquel je participe encore cette année mais aussi à Pruniers en Sologne pour la deuxième ou encore à la galerie la Girolle en Sologne. Finalement je travaille essentiellement pour le plaisir mais aussi sur commande.


Eric SALA

Instagram

Autodidacte, Eric dessine à l’encre de chine sur papier aquarelle à gros grain en utilisant des stylos tubulaires de type Rotring.
Ses années passées dans le Jura, en Occitanie, en Nouvelle-Calédonie n’ont cessé d’apaiser son goût pour la nature. C‘est lors de promenades dans les sentiers qu’il puise ses modèles d’arbres, de chemins, de rivières. Il s’intéresse à l’harmonie des formes dans ses compositions, il cherche l’équilibre entre l’ombre et la lumière en jouant des contrastes.
Aujourd’hui Eric vit à Bourges. L’architecture et le passé historique de la ville lui donnent de nouvelles pistes de travail.
Les univers qu’il dépeint sont d’authentiques havres de sérénité.


Angélique SAUSSIER - Symbolique animale entre cieux et abysses

 

Dans l’atelier, je laisse mon inspiration prendre la direction de mes envies, une danse libre au gré de mon état d'esprit du moment. Mes choix de thème ne naissent pas d'une planification rigide, mais plutôt d'une écoute attentive de mes émotions et de ce que je ressens le besoin d'explorer artistiquement. C'est souvent à partir d'une simple photographie, dépourvue d'artifice, que je démarre ma démarche. Cette image non artistique devient ma toile blanche, un point de départ pour modeler les formes primaires de ma sculpture. En observant chaque ligne, chaque ombre, je laisse mon imagination s'émanciper, ajoutant des contours et des reliefs qui prennent vie au gré de mes doigts. Aucune contrainte, aucun blocage n'entrave ma création. Je me permets l’audace de suivre les méandres de ma pensée, d'inventer au fur et à mesure de la réalisation. C'est une exploration sans limites, une aventure où chaque coup d'outils ou chaque touche est une expression spontanée de  ma vision du sujet. Mon esprit devient le maître d'orchestre, dirigeant mes mains avec une liberté semblable à celle de l'air. Chaque création devient ainsi le reflet authentique de mes émotions «lu moment, capturant l'énergie éphémère qui pulse à travers chaque œuvre. Dans cette démarche artistique. la magie réside dans la fluidité, laissant place à l'inattendu et à la beauté qui émerge lorsque l'âme s,exprime sans entraves.

Les Ateliers